Tòca-Maneta 45 – Pokemon God

pokemon-go-banner

Charmilhons de maneta, Pikachus dels botons, balhaires de jòia a Aspicòts e esportius de Carapuça, adiussiatz !

Sabi pas coma ai fach mas ai capitat, de long de las detzenas de cronicas que faguèri, de jamai, o quasi-jamai vos parlar de Pokemon. Pertant ma vida, o puslèu mos lésers, de jogaire, e mai benlèu l’existéncia d’aquela cronica tènon belcòp a l’arribada d’aqueste jòc dins las corts de recreacion, e la mieuna en particulier, a la fin de las annadas 90. Foguèt per ieu una mena de revelacion, qu’avant aquò èri pas un grand jogaire, la revelacion que lo videojòc podiá èsser frucha d’una soscadissa e d’un trabalh artisticò-creatiu, amb un scenariò e de dinamicas de jòc abotits. Vertat que pel grand public, Pikachu es aquesta pelucha manhagueta e un pauc irritanta amb un sol mot de vocabulari –son nom- cridat en permanéncia e sus totes los tons. Darrièr l’emblèma de la franchisa qu’i es evidentament pas per res dins lo succès de la seria, i a çaquelà un jòc vertadièr, apregondit, equilibrat e imaginatiu, basta pas que d’agachar l’impressionant bestiari que fa l’interès del jòc, e que s’alonga totjorn mai.

Pokemon Go Carte

La mapa sul telefonet aficha las infòs (virtualas) interessantas.

Aital, en 1996, Nintendo tustèt un grand còp, lançant una mòda rarament vista dins l’esfèra videò-ludica fins aquí e crèsi ben que pas un solet dròlle d’un detzenat d’annadas a aquel moment escapèt a l’èrsa dels mostrons de pòcha. Cal dire que los japoneses avián ren fach a l’azard, qu’aquò siaguèsse pels produches derivats, a bodre, o per l’efièch comunautari, lo boca a aurelha, lo fach de desvolopar de malhums de jogaires, a una epòca que las conneccions internet èran gaireben inexistentas. Mai qu’aquò, se desvolopava en çò dels jogaires un besonh de l’autre, per avançar dins lo jòc e lo poder completar, induch per aquesta idèia revolucionària d’editar sistematicament doás versions de cada jòc Pokemon, amb de pichonas diferéncias e de bestiòlas que se caliá escambiar de consòla a consòla. Un vertadièr telefòn arab videòludic, jòc de ròtle massiu e connectat d’avant l’edat dels MMORPG.

Pokemon Go Pikachu

TRAPA-LO !!!

Vint ans an passat, ritmats per de sortidas, frequentas coma relotge, de cartochas de Pokemon de totas las colors de l’arcolan, totjorn doás per doás, totjorn amb la meteissa basa de jòc, un RPG plan accessible amb un sistèma de combat en chi-fu-mi ameliorat (pèira-papièr-cisèl), en seguissent amb pigresa las evolucions tecnologicas de las consòlas portablas de Nintendo.

Pokemon Go Detalhs

De qué sembla la realitat augmentada

Fins a uèi. Sèm en 2016 e Nintendo e sos amics son tornarmai a crear una revolucion videòludica tant impactanta, e benlèu mai, qu’al lançament de la franchisa, amb Pokemon Go, ja un fenomèn de societat, avant sa quita sortida oficiala ! Aplicacion gratuita fargada pels telefonets (lo supòrt de jòc lo mai espandit finalament), Pokemon Go vos prepausa una caça a l’animalum imaginari classica a l’excepcion notabla qu’aquò se fa pas dins un monde virtual imaginari tanben coma antan, mas…dins la realitat ! Frucha del trabalh conjunt de Nintendo amb Niantic, ex-filiala de Google especializada dins la realitat virtuala o puslèu la realitat augmentada, aquesta aplicacion unica en son genre se basa sus vòstras donadas de geolocalizacion per far apareisser dins vòstre environament de mostres que deuretz trobar e atrapar amb lo telefonet, que servís un pauc de cluca a veire çò qu’existís pas realament. Tot un simbòl, me diretz. Òc, podriá, maca que lo jòc, pro paradoxalament, vos buta a sortir per de bon, e a vos passejar se volètz far l’encontre d’un paure pokemon perdut o lançar un combat contra un autre jogaire, l’autra possibilitat. E vos pòdi dire que de camin n’anatz far ! De pargues en sendarèls, a la vila o a la campanha, tant que captatz la 3 o la 4G sul telefonet trobaretz de bèstias a engabiolar, e bica la PETA ! Mai qu’aquò, son notats sus la mapa virtuala d’elements notables qu’existisson en realitat, de monuments, de creacions artisticas, d’art urban als quals fasèm pas forçadament atencion, mas que tòrnan trobar un interès pel jòc, qu’es possible d’interagir (virtualament) amb eles per obténer d’objèctes utiles. En un mot : es estonant ! Un jòc, virtual, que convida a la passejada e a las interaccions socialas e environamentalas, vaquí de que tòrcer lo còl a totes los clichés qu’existission suls videojòcs d’acostuma jutjats embarrants !

L’auretz compres, ieu aculhissi aqueste OVNI positivament e amb interès, benlèu mai per la refleccion que mèna sus nòstra societat connectada e lo transmèdia puslèu que per lo jòc sonque, amb çaquelà dins un canton del cap aquesta sonsaina que las donadas de geòlocalizacion son recampadas e partisson en çò de Google… Rai, aquò m’empacharà pas de me far 5 quilomètres a pè per me trapar un Rocolhon salvatge al mitan d’un bòsc perdut e completar ma collec’ !

Pokemon All

 evaluacion-pokemon-go

Lettre à Orange

Los abonats d’Orange auràn benleu vist que son, dempuei un an, soscriveires involontaris d’un noveu servici de paiament en linha, que, urosament per n’autres, es paiant nonmas la seconda setmana (e la setmana còsta minimum 5€). Sens esser consultat e sens signar que que sia, daus abonats se son donc fachs prelevar de las sòunas qu’auràn ben dau mau a se far remborsar. Coma veguere dins los mails la confirmacion de mon abonament, per lo quau avia pas fach p’una damanda, mandei queu mail au servici client d’Orange. Se setz concernats e que voletz lur escriure (conselhe de lo far, au mens per condemnar la pratica), podetz lo copiar/pegar.

Salutations,

Avec une certaine surprise nous reçûmes ce jour confirmation, par d’impénétrables voies électroniques, d’un abonnement au service « VeoPay ». Un rapide tour de la maisonnée nous apprit ce que déjà nous soupçonnions : personne, jamais, n’entreprit la démarche d’y souscrire.

Notre familier, Google, nous enseigna bien vite que seuls nous n’étions pas, et qu’il n’était visiblement nul besoin de valider quelque Condition Générale de Vente que ce fût pour bénéficier des avantages certains mais néanmoins troubles offerts par l’entreprise, récente quoique déjà implantée et ô combien vigoureuse -la valeur n’atteint point le nombre des deniers-.

Soit, nous résilions. A temps, et à un immense soulagement, cependant moins grand que celui, financier, de congénères subrepticement délestés de quelques dizaines voire centaines d’euros pour n’avoir pas couvé leurs factures du regard attentionné qu’elles requéraient.

Cinq piastres hebdomadaires afin de consommer librement dans la jungle internétique, la formule nous eût chagriné, de même que la perspective de laisser une officine accéder à nos chères informations personnelles sans que nous n’eussions rien entrepris pour ne serait-ce que laisser son œil scrutateur vagabonder dans les méandres de notre intimité pécuniaire.

Une cohorte de représentants légaux plus scrupuleux du droit que de la morale sillonnant les divers forums abordant la question, en représailles du premier étourdi venu hasarder le vocable « arnaque », nous ne nous risquerons conséquemment pas à avancer ce vilain mot. Remarquons toutefois, avec une amertume non-feinte, que certains malandrins nous parurent autrefois plus amènes.

Isolés du monde, là où seul un aventureux pourvoyeur d’accès au grand média réticulé osa pénétrer, celui là même dont le quadrangulaire blason de gueules et d’or mêlés figure au frontispice de la goguenarde et cupide missive, nous nous voyons de ce fait dans l’impossibilité matérielle de nous passer de vos talents, ô phare safrané de la civilisation.
Cette ultime trahison eût pu nous y contraindre pourtant, transportés par le courroux de constater, quelle infamie, vos douteuses accointances avec d’interlopes organisations. De rage et de désespoir contenus, nous en vînmes incidemment à neutraliser les deux utilitaires liés à l’audacieuse manœuvre précédente, vos services Internet + et consorts.

C’est bien conscients de votre intérêt et de l’assistance zélée que vous manifestez pour la sociabilisation de notre compte en banque d’ordinaire bien timide que nous vous prions, que dis-je, nous vous supplions, de ne plus désormais nous offrir de ces présents supposés nous faciliter l’existence en la dévoilant aux yeux du monde concupiscent. De grâce, gardons un peu de mystères l’un pour l’autre, car qui trop embrasse mal étreint.

Si d’aventure vos malséantes et indésirables suggestions revenaient à exhiber leurs truffes indélicates au détour de notre correspondance télématique, remémorez-vous que le lésé a le choix des armes, et que vous préférer le concours d’un rival pourrait fort bien constituer la nôtre.

Nécessairement vôtre.

Soi sul Jornalet !

Iéééé, vèni de publicar mon primièr article dins lo Jornalet ! Lo Jornalet, per los que coneisson pas, es lo jornal occitan qu’es a mand de concurrençar La Setmana, vist qu’es gratuit e participatiu. S’i parla de linguistica, d’espòrt, de linguistica, de literatura, de linguistica, de cultura, de linguistica, de politica, de linguistica, de las relacions occitanò-catalanas…

E un pauc de linguistica, tanben, mas sonque un briconèl, è, pas de que far paur als alergics de l’occitanonanisme.

[Nòta : l’occitanonanisme designa pas lo fach d’aver de relacions sexualas amb d’occitanòfones de pichona talha, mas plan lo fach de se brandar sus la lenga. Pas sus SA lenga, banda de porcasses, sus la lenga d’òc !]

Doncas, per i tornar, lo Jornalet es un siti d’actualitats e de blogging, un pauc a la Rue89 e ieu sòmi, evidentament, d’un Rue69 a l’occitana… ont degun a pas res a fotre de l’actualitat importanta, mas ont tot lo monde reagís sus de sicuts inutils escrichs per de tipes que se fan sonar « opinaire ». Cercatz pas, ai despausat totas las galejadas calhòlas que se podián far sus aquel mot.

Tant val dire que me sentissiái obligat d’anar i escriure, vist que tot çò qu’es inutil m’es indispensable e que soi naturalament un gròs, gròs opinaire.

Sabi pas quala serà ma regularitat, que lo concèpte m’es un pauc estrangièr, mas podètz tre ara vos botar en cap que me cal seguir alai tanben, en mai d’aquí. E es pas domatge perque mon esquizofrenia començava de se sentir a l’estrech sus mon tròç d’arcolan polit. Alara m’ubique. E ai pas dich « me bique », pichons obsedats !

Aquí se passa : http://opinion.jornalet.com/tristan-gahus

100 000 € lo Poton !

Alors il paraît que ça, là :

http://www.capc-bordeaux.fr/

Et ben ça aurait coûté 55 000 €. Je parle du site, hein, pas du musée qui, si ça se trouve, à coûté moins cher.
Histoire de faire bonne figure, je me suis donc demandé 100 000 € pour réaliser Potonorsland. C’est pas grand-chose finalement

Même Khadafi à sa grande époque m'aurait filé plus pour me présenter aux présidentielles.

Comme je roule plus sur les jantes que sur l’or, je me suis emprunté du fric pour me payer.
Me voilà endetté pour 35 ans…